Version française English version

Mayotte > Guide > Bons plans > Nature, faune et environnement > Assister à une ponte de tortues : où, comment ?

Assister à une ponte de tortues : où, comment ?

La ponte

De nombreuses tortues marines - tortues vertes et, en moins grand nombre, tortues imbriquées - peuplent le lagon de Mayotte. Les observer sous l’eau - sans jamais les toucher et en se tenant à distance -  est grisant, les voir pondre, en respectant certaines règles très précises, est émouvant.

Mayotte est, avec Mohéli, un des lieux de l’Océan indien où il est réellement fréquent et donc facile de voir pondre des tortues. Plusieurs plages sont le théâtre de cet acte de procréation (notamment les plages de Gwéla –ou Gouéla- et de Boundrouni au sud de Bouéni ) mais deux d’entre elles sont particulièrement prisées des tortues : les deux plages de Moya sur Petite-Terre et, au sud de Grande-Terre, la grande plage de Saziley (dans le creux de la botte que forme la presqu’île de Saziley, là où se situe la Maison du Conservatoire du littoral).
Presque toutes les nuits de l’année, des tortues y viennent pondre. Avec une pointe de mars à juin, le mois de mai atteignant des records. Donc en allant là, vous êtes quasiment sûrs d’assister à une – ou plusieurs pontes. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : durant l'année 2008, 2168 pontes, pour les trois plages, ont été comptabilisées par les gardes de l'Observatoire des tortues marines (OTM). Chaque tortue pond environ une centaine d’œufs par ponte (cela dépend de la taille de la femelle). Tous les 2 à 5 ans (plus généralement 3 ans), la femelle reviendra tous les 10 à 15 jours durant 2 à 4 mois effectuer une ponte sur la plage où elle est elle-même née.
Un exemple précis : entre 20h et 23h, dans la nuit du 4 mars 2009, 13 tortues sont montées sur la plage de Moya II, 11 ont pondu, 2 ont rebroussé chemin vers l’Océan ne trouvant pas le lieu adéquat pour creuser leur cavité.
Sur les trois plages, gardes et animateurs sont là pour vous guider, vous expliquer. Signalez-leur votre
présence discrètement et attendez qu’ils viennent vous chercher. L’aventure commence ! Comptez près de 3 heures pour le repérage puis l’observation des différentes phases (voir ci-dessous) de la ponte.

Infos Pratiques

  • Pour aller aux plages de Moya : en sortant de la barge, demandez à un taxi de vous y accompagner. Deux solutions : soit il vous attend pendant que vous observez les pontes, soit il revient vous chercher à une heure précise. Tarif : entre 10 et 15 euros le taxi pour 2 personnes. Un conseil : ne payez qu’au retour.
  • Pour aller à la plage de Saziley : soit à pied en partant du faré au-dessus de Dapani (situé dans la boucle de la CCD 4 - chemin GR c’est-à-dire de Grande Randonnée, marquage blanc et rouge), soit en barque à partir du village de Mtsamoudou - ou Moutsamoudou - (60 euros l’aller et retour pour la barque quel que soit le nombre de personnes – 6 personnes maxi).  

A pied, c’est plus sportif car vous devez, durant une heure, porter votre matériel de camping. En effet, le bivouac s’impose car vous êtes loin de tout village (voir notre reportage).

Recommandations

  • Habillez-vous de vêtements sombres. Munissez-vous d’une lampe de poche.
  • Asseyez-vous en haut de la plage (ou sur le bas des marches en bois à Moya II). Eteignez votre lampe de poche. Habituez vos yeux à l’obscurité et attendez que les gardes viennent vous chercher. Parlez doucement.

Les différentes phases

  • Recherche du lieu de ponte : repérage sur le sable des traces des tortues qui se sont hissées jusqu’en haut de la plage pour y creuser leur « nid ». C’est le bruit du sable violemment projeté qui vous guide vers le lieu exact de la ponte. Si, durant cette recherche, une tortue est en train de sortir de l’eau ou en train de se hisser sur la plage passez très loin d’elle et toujours derrière elle
  • Creusement de la cavité corporelle : avec ses nageoires avant, la tortue propulse le sable vers l’arrière pour creuser un large trou. Elle s’arrête régulièrement pour se reposer. Surtout ne pas s’approcher trop près ni l’éclairer car elle peut, par peur, encore renoncer à continuer à creuser et retourner vers l’océan
  • Creusement du puits de ponte : avec ses deux nageoires arrière qu’elle utilise très adroitement comme des pelles souples, la tortue va creuser un puits vertical de 30 à 40 cm de profondeur. Si elle tombe sur une grosse pierre ou des racines, elle se déplacera pour recommencer un peu plus loin ou renoncera et retournera vers l’océan. Rester encore à distance
  • La ponte : ce n’est qu’une fois que les premiers œufs sont tombés - blanc brillant, gros comme une balle de golf – que l’on peut s’approcher et éclairer juste le puits de ponte. La tortue pond environ 120 à 150 œufs
  • Recouvrement du puits de ponte : avec ses deux nageoires arrière d’abord elle rebouche le trou de ponte, tasse le sable, puis avec ses quatre nageoires rebouche la cavité. Cette phase peut durer plus d’une heure
  • Retour à l’océan : la tortue se traîne vers l’océan, en s’arrêtant régulièrement. On peut la suivre en restant à bonne distance derrière elle.