Version française English version

Mayotte > Guide > Le voyage

Le voyage

Avant de venir

Les meilleurs saisons pour venir à Mayotte  (climat et prix du billet d’avion) : mai/juin et septembre/octobre.
Venir sur l’île au lagon n’exige pas une préparation exceptionnelle, loin de là. Une carte d’identité ou un passeport, aucune vaccination obligatoire mais de bons anti-moustiques dans sa valise.  Une valise emplie de maillots de bain, vêtements légers et en coton, pantalons longs pour éviter les quelques piqûres de moustique le soir ou durant les randonnées, masque et tuba, chapeau et  crème solaire. Et si vous oubliez quelque chose, pas de panique : Mayotte est une île française où vous trouverez tout ce dont vous avez besoin, y compris pharmacies et hôpital de bon niveau.  Vous n’aurez donc que deux préoccupations : trouver un  vol au meilleur prix et choisir vos hébergements. Ce site est là pour vous y aider !

Envolez-vous pour l’île de Mayotte…

En 2013, cinq compagnies aériennes desservent l’île de Mayotte à partir de Paris ou de Marseille :
- Air Austral assure des liaisons quotidiennes via La Réunion.
- Corsairfly propose deux rotations par semaine et une troisième durant l’été, les vols étant directs dans le sens Paris/Mayotte mais avec escale dans le sens Mayotte/Paris,
- Kenya Airways assure trois liaisons par semaine via Nairobi,
- Air Madagascar propose des vols quatre fois par semaine via Nosy Be ou Tananarive.
- XL Airways propose un vol par semaine dans chaque sens : Marseille/Mayotte tous les lundi (vol directà, Mayotte/Marseille tous les mardi (vol avec escale)

Précisions : Air Austral, Kenya Airways et Air Madagascar décollent et atterrissent à Paris-Roissy/Charles-de-Gaulle, Corsaifly à Paris-Orly. XL Airways décolle et atterir à Marseille-Provence.

Se loger

Il y a aujourd’hui seulement dix hôtels à Mayotte, dont deux haut de gamme sans être pour autant au niveau des 4 étoiles de l’île Maurice par exemple.
En revanche, le secteur des gîtes et des chambres d’hôte se développe vite et certains sont de bon ou très bon niveau. Ainsi, Les Baobabs (près de Musical Plage) et Les Bangas (près de Tsararano, sur la commune de Dembéni) sur la côte Est, le Domaine de Dapani au Sud, les Pieds dans l’eau  à Bouéni, le « Mont Combani » au centre ou encore le Cocolodge à M’Tsamboro.
Il y a donc 750 lits en tout pour les touristes-voyageurs à Mayotte. Ce qui est peu. Il est donc important de réserver  à l’avance.

Se restaurer

La cuisine mahoraise d’origine est simple et peu diversifiée. Plusieurs types de restauration s’offrent à vous : il existe à Mayotte une douzaine de bons restaurants, à la cuisine raffinée (cuisine métropolitaine essentiellement), une cinquantaine de restaurants proposant des plats mahorais simples et de qualité tout à fait correcte et enfin de nombreuses et sympathiques « mamas-brochettis » ( brochettes de zébu avec manioc et bananes cuisinées sur un feu de bois au bord de la route ). Sans oublier…la restauration proposée dans plusieurs chambres d’hôtes.

Que faire à Mayotte ?

Tous ceux qui aiment la nature préservée, les beaux paysages tropicaux, et les activités nautiques seront comblés : randonnées sur des pistes au milieu des makis, farniente sur de superbes plages désertes, masque-palme et tuba au-dessus de coraux, de tortues et de poissons multicolores à portée de main et de rivage, balades sur le lagon à la recherche des dauphins et des baleines, bivouac sur les îlots, plongées en bouteilles, ski nautique, pêche, location de voiliers ou bateaux à moteur et charters…Auxquels il faut ajouter parapente, ULM et golf. Sans oublier la déambulation dans les marchés. La palette est donc riche.
Seuls ceux qui recherchent à faire la fête chaque soir dans une boîte ou un bar branchés seront plutôt frustrés.
 

Souvenirs de l'île

L’artisanat est peu développé surtout si on le compare à celui de Madagascar.  D’ailleurs ce qu’on trouve dans les quelques boutiques vient souvent de la « Grande île ».
S’il est discret, il est néanmoins présent : vannerie (raphia ou lianes tressées) avec les chapeaux de Sada, paniers, pilons et maquettes de pirogues et instruments de musique en bois, poteries, bijoux en or et argent travaillés très finement (à Sada encore), éventails de mariage (Chiconi). On trouve aussi le sel de Bandrélé dans de jolis sachets, de la vanille et de l’essence d’Ylang-Ylang.