Version française English version

Mayotte > Guide > Reportages > Développement touristique > Des bungalows cinq étoiles signés « Hilton » à Mayotte : un projet déjà bien avancé

Des bungalows cinq étoiles signés « Hilton » à Mayotte : un projet déjà bien avancé

Vue d'ensemble du projet HILTON à Mayotte

Des bungalows classés cinq étoiles et signés « Hilton »  pourraient accueillir à Mayotte leurs premiers clients à l’été 2014 ou en avril 2015. Leur emplacement ? La pointe sud de la plage de Bambo Est, sur la commune de Bandrélé, à mi-chemin entre la ville principale – Mamoudzou - et le sud de Mayotte qui  est, rappelons-le, une île de 376 km² seulement (soit 22 fois plus petite que la Corse !).

Ce projet est - en cette fin avril 2012 - déjà bien avancé.

Durant ces cinq dernières années, seules quelques rares tentatives d’augmenter les capacités d’hébergement de Mayotte et  d’améliorer son niveau ont abouti.  Sont nés : l’hôtel Iris, la résidence le Maharadjah, tandis que l’hôtel de la plage Hamaha n’est toujours pas ouvert. Même si la plupart des acteurs sont d’accord pour que se développe dans cette perle de l’Océan indien un tourisme modéré, de « niches », respectueux de son  exceptionnel environnement culturel et  naturel, l’île est néanmoins encore largement sous-équipée :  environ 1 200 lits seulement à ce jour et un niveau de confort et de services insuffisant pour une certaine clientèle puisqu’il n’existe que trois structures classées « trois étoiles » et aucune de niveau supérieur.

En janvier 2011, la Préfecture et le Conseil général de Mayotte lançaient un appel d’offres pour l’aménagement touristique de quatre sites en bord d’océan  sur les neuf décidés par le « Plan d'aménagement et de développement durable de Mayotte » qui fixe un objectif d'accueil de 120 000 à 150 000 touristes par an à l'horizon 2020, contre environ 45 000 à l'heure actuelle.

L’appel à projets s’est avéré infructueux pour un des quatre sites. Sur les trois qui restent en lice, les porteurs de projets ont été choisis officiellement en décembre 2011,  le projet le plus avancé étant celui de Bambo Est.  Un projet porté localement par HBS Group et plus spécifiquement par sa filiale Hold-Invest, l’architecte étant réunionnais (Atelier d’Architecture Denis Dupuy & Associés ) et le futur gestionnaire le groupe Hilton donc.

Ce site de Bambo Est couvre 13 ha : 7 appartiennent à un particulier avec lequel les investisseurs ont signé déjà un compromis de vente, les 6 autres étant propriété de l’Etat qui les cède pour un euro symbolique (bail emphytéotique de 99 ans). Si ce lieu a retenu l’attention du groupe Hilton notamment c’est qu’il possède plusieurs atouts :

  • la proximité de la « passe en S », star du lagon de Mayotte, site privilégié pour les amateurs de plongée sous-marine et de PMT (palmes, masque et tuba),
  • l'étendue de la plage et de son arrière-plage,
  • la proximité des îlots Bandrélé, Bambo et celui dit de « sable blanc », des plages très protégées de Saziley situées dans l’espace du Parc marin
  • l'accessibilité du site, à moins de 30 minutes de la ville de Mamoudzou en voiture et à 20 mn de l’aéroport par bateau.

Une première tranche de 80 chambres réparties dans des bungalows recouverts de bois (en rez-de-chaussée essentiellement et quelques R+1) se nicheront dans la végétation tropicale de la pointe de Bambo Est, complétée par des essences locales, et entourant une piscine.

Le parti architectural retenu consiste à tirer profit de la pente naturelle et de la végétation : les hébergements devraient bénéficier de belles vues sur le lagon ou sur la pointe de Saziley.

Toujours d’après la réponse du groupe à l’appel d’offres, le « Hilton Mayotte Resort & Spa » emploiera, au départ, 145 salariés. Il proposera trois lieux de restauration (un snack, un restaurant traditionnel et un restaurant gastronomique), un bar,  huit espaces de réunion et de séminaires.

Investissement  annoncé pour cette première tranche : 25 millions d’euros qui devraient se réduire  à 17 millions grâce à la défiscalisation, la loi Girardin étant toujours en cours à Mayotte. Coût par chambre : 312 500 euros avant défiscalisation, 212 500 après. Une deuxième tranche est envisagée mais non définie et non validée.

A ce jour la principale inconnue reste l’acceptation - ou non -  par Bercy du dossier de défiscalisation présenté par l’ensemble des investisseurs porteurs du projet qui en font une condition sine qua non de leur engagement définitif. Et si le dossier est accepté – ce qui semble probable – la seconde question est quand il le sera. De cette échéance dépendra évidemment la date d’ouverture de cet hôtel de luxe, qui devrait ressembler fortement à celui géré, à l’île Maurice, par le même groupe prestigieux (*).

« Un hôtel 5 étoiles dont les chambres standard seront proposées à 160 € » explique M. David Nagard, secrétaire général de Hold-Invest. Un premier prix pas si exorbitant quand on sait qu’aujourd’hui l’offre hôtelière mahoraise propose des prix à la nuitée allant de 70 € pour un deux étoiles à 150€ pour un trois étoiles…

(*) Hilton dispose de plus de 530 hôtels et complexes hôteliers, et ce dans 76 pays, sur les six continents.

Laurence de Susanne - IleMayotte.com