Version française English version

Mayotte > Guide > Reportages > Nature, faune et environnement > Circuler sur l’île: un merveilleux plaisir des yeux!

Circuler sur l’île: un merveilleux plaisir des yeux!

Prendre le volant à Mayotte est un vrai régal! Qu’on suive la côte ou que l’on traverse l’île (trois routes pour passer d’Est en Ouest ou inversement). Attention néanmoins aux personnes qui marchent le long de la chaussée (et particulièrement les enfants), aux zébus, aux cabris et aux poules qui traversent sous vos roues. Surtout la nuit car, en brousse, pas d’éclairage.

Un diaporama de rêve défile devant vos yeux: lagon aux multiples nuances de bleu, mangrove avec ses palétuviers, presqu’îles le plus souvent totalement vierges de toute habitation, la végétation tropicale exubérante (cocotiers, manguiers, bananiers, baobabs, ylang-ylang, bambous géants, canneliers, agaves, ...).

N’oubliez quand même pas de regarder la route et dans vos rétroviseurs car, comme partout, il y a des chauffards, des conducteurs sans permis et des jeunes qui font les fous sur leurs deux roues !

Quelques embouteillages autour de Mamoudzou aux heures de pointe mais -heureusement- cela est loin d’atteindre les énormes embouteillages de La Réunion, très handicapants pour tous et notamment pour l’économie.
Le parc automobile -comme la démographie- croît à toute vitesse: il est évident que si les «autorités» n’anticipent pas, une aggravation problématique de la situation de la circulation guette Mayotte.

La qualité des routes principales est bonne : bitume partout. Peu de trous.
Trois bémols: les bords des routes ne sont pas «nets» et souvent non marqués, certaines routes ne disposent pas de marquage central et surtout il y a très peu d’éclairage public sauf à Mamoudzou et dans les villages. Et même là, cet éclairage est parfois confidentiel.

Ralentissez fortement à l’arrivée dans chaque village: il y a beaucoup d’enfants à Mayotte, dont certains, hélas, livrés totalement à eux-mêmes, et qui risquent de traverser devant vos roues. Plusieurs villages sont heureusement dotés de barrières le long des trottoirs et de ralentisseurs et affichent un panneau de limite de vitesse à 30 km/h.
A Mamoudzou, les ronds-points foisonnent.

Il a aussi des «pistes» de terre, superbes et souvent en parfait état: elles sont donc accessibles à de simples voitures un peu hautes. Mais garez plutôt votre voiture sur le côté et continuez à pied. Ainsi vous respecterez l’environnement, pourrez entendre les chants des oiseaux et les sauts des makis dans les branches. Vous rencontrerez ainsi faune et flore... et, en plus -dernier argument pour tenter de convaincre les «tout-voiture»- vous éviterez à votre véhicule d’être couvert d’une poussière épaisse! Attention aussi aux guets où le niveau de la rivière peut brusquement monter en période de pluies.

Enfin, preuve d’un vrai décollage économique de Mayotte et des gros efforts de l’Etat français, du Conseil Général et des communes pour mieux équiper l’île, il y a pas mal de travaux sur l’île : nouveaux collèges, lycées, agrandissement de l’hôpital de Mamoudzou, création du marché couvert, de la gare routière, toujours à Mamoudzou, construction d’une nouvelle maternité à Dzoumogné, extension du Port de Longoni...

Laurence de Susanne - IleMayotte.com

7 stations pour abreuver votre véhicule !

     

Il existe à Mayotte sept stations – toutes estampillées Total – offrant tous les types d’essence et de gaz oil et au même prix qu’en métropole (exemple : au 30 août 2007 le litre de 95 sans plomb coûte 1, 29 euro). Une particularité : certaines personnes ont un pouvoir d’achat si bas – les clandestins, pour ne pas les nommer – que les pompistes acceptent de vendre…pour un seul euro d’essence !

   

Les sept stations se trouvent à : Dzoumogné, Longoni, Majicavo-Koropa (Jumbo Score), Kaweni dans la banlieue « industrielle »de Mamoudzou, (qui vend 14 000 litres par jour), Passamainty/ Tsoundzou 1, Chirongui, Padmanzi (Petite Terre).